MARCVS AVRELIVS PROBVS, Empereur Romain de Juin/Juillet 276 ap. J.-C. à Septembre 282 ap. J.-C.


"Tous ceux qui ont parlé de lui ont pris soin d'observer qu'il possédait éminemment dans ses mœurs la probité qu'exprime son nom." Abbé Crevier
n

Bienvenue

Bienvenue à tous les passionnés de monnaies romaines et à tous les novices en numismatique.
Ce blog est destiné à faire découvrir les monnaies romaines de l'empereur PROBUS et permettra d'en connaitre le monnayage dans son ensemble. Au fil des articles, vous y découvrirez les monnaies de ma collection pour lesquelles les commentaires vous éclaireront sur leur iconographie mais aussi retraceront l'histoire passionnante de cet empereur militaire. La publication de monnaies inédites complètera ce travail.
Bonne lecture à tous.

PROBUS COINS

Welcome to all lovers of Roman coins and all numismatic novices. This Blog will explore Emperor PROBUS's Roman coins and understand its currency. Through articles, you'll find these coins in my collection and their reviews will tell you about their iconography, as well as the fascinating history of this military emperor. The publication of unpublished coins will complete this work. Happy reading.

For an english version of this blog, click here !

CARTE DE SITUATION DES ATELIERS MONETAIRES SOUS PROBUS

CARTE DE SITUATION DES  ATELIERS MONETAIRES  SOUS PROBUS

samedi 8 janvier 2011

La victoire germanique de PROBUS commémorée lors du triomphe de Rome. (281 ap. J.-C.)





Description :

Rome, Printemps 281 ap. J.-C., Janvier 282 ap. J.-C., 6ème émission, 1ère officine.

Avers : IMP PROBVS P F AVG, (L'empereur Probus pieux et heureux Auguste). Buste  radié et cuirassé de Probus à droite vu de 3/4 en avant. (Buste Bastien : B)
 
Revers : VICTORIA GERM // R (foudre) A, (La victoire germanique). Trophée anthropomorphe avec deux captifs au pied, les mains liées dans le dos.

Poids : 3,64 g -  Diamètre : 21 mm - Axe : 12 h00 -  Référence : RIC n° 220, MPR n° 470 (110 exemplaires présents dans le trésors de La Venera)



Commentaires :

L'avers  de cette monnaie présente un buste cuirassé de Probus remplissant toute la surface du flan. La réduction du diamètre des aureliani intervient à Rome à partir de la phase 3.3 (décrite par J. Guillemain dans son ouvrage MPR), le  réduisant en moyenne d'un millimètre. L'effigie de droit et l'iconographie de revers sont de fait plus serrées sur le flan. En conséquence, on note aussi une diminution de la longueur de la titulature. Ces caractéristiques semblent être le résultat direct d'une évolution  technique de fabrication des flans, le diamètre diminuant tandis que le poids de la monnaie reste inchangé. 
En observant le buste de Probus, on constate que la propagande impériale impose aux citoyens "l'imago"  d'un homme aux sourcils épais, aux arcades anguleuses, avec des cheveux courts et une barbe de quelques jours. Ce rude portrait dépeint un chef d'armée partageant avec ses soldats les dures conditions de vie et l'inconfort des campagnes militaires. Ces caractéristiques nouvelles des bustes impériaux, apparaissant sur les monnaies depuis Claude II, témoignent de la vigueur physique de ces empereurs Illyriens, actifs sur le terrain au coté de leurs troupes et de fait peu présents à Rome dans les fastes de leurs palais. Leur place est au sein de l'armée, assurant le commandement militaire des batailles qu'ils mènent afin que les lauriers de la victoire finale leurs reviennent pleinement.

Cette monnaie de l'année 281 ap. J.-C. commémore la victoire germanique de Probus en Gaule :  l'empereur  s'arrête à Lyon et divise ses forces en deux groupes au printemps 278. Une partie de son armée, conduite par des généraux, se dirige vers la Narbonaise et l'Espagne pour refouler les Alamans. Probus, lui, se dirige vers le Nord, repoussant les germains de la rive gauche du Rhin en Germanie supérieure. La Gaule est enfin libérée de l'envahisseur au cours de l'été 278 ap. J.-C. Cette victoire éclair illustre son génie militaire. Le trophée (Tropaevm) du revers, monument érigé sur la place même ou avait été remportée une victoire, était primitivement formé d’un tronc de chêne, arbre sacré des Italiotes, autour duquel on attachait des objets ennemis et aux branches duquel on suspendait quelques armes appartenant aux vaincus que l’on brisait souvent. la présence des deux captifs au pied du trophée augmente le caractère triomphal du symbole.

Cette émission de fête, émise à son retour de la campagne d'Orient, est une des plus volumineuse émissions d'auréliani de l'atelier central, comprenant aussi des frappes d'aurei et de quinaires d'or,  de médaillons et de moyens bronzes, de quinaires de bronze et de deniers destinées au donativum distribué lors de ce grandiose triomphe. Chaque officine frappe un type qui lui est propre. L'émission se caractérise par un foudre intercalé à l'exergue entre un R, initiale de la ville émettrice (Rome) et une lettre variable identifiant les sept officines frappant pour l'atelier, soit R(foudre)A, R(foudre)B, R(foudre)Γ,  R(foudre)Δ, R (foudre)E,  R(foudre)ζ et R(foudre)Z. Ce foudre, attribut de Jupiter, est habilement choisi pour cette émission du triomphe impérial, marquant de fait la suprématie et la grandeur militaire de Probus depuis le début de son règne, rappelant aussi qu'il est le représentant terrestre de la puissance jovienne.  

Détail de l'avers

Aucun commentaire:

Publier un commentaire