MARCVS AVRELIVS PROBVS, Empereur Romain de Juin/Juillet 276 ap. J.-C. à Septembre 282 ap. J.-C.


"Tous ceux qui ont parlé de lui ont pris soin d'observer qu'il possédait éminemment dans ses mœurs la probité qu'exprime son nom." Abbé Crevier
n

Bienvenue

Bienvenue à tous les passionnés de monnaies romaines et à tous les novices en numismatique.
Ce blog est destiné à faire découvrir les monnaies romaines de l'empereur PROBUS et permettra d'en connaitre le monnayage dans son ensemble. Au fil des articles, vous y découvrirez les monnaies de ma collection pour lesquelles les commentaires vous éclaireront sur leur iconographie mais aussi retraceront l'histoire passionnante de cet empereur militaire. La publication de monnaies inédites complètera ce travail.
Bonne lecture à tous.

PROBUS COINS

Welcome to all lovers of Roman coins and all numismatic novices. This Blog will explore Emperor PROBUS's Roman coins and understand its currency. Through articles, you'll find these coins in my collection and their reviews will tell you about their iconography, as well as the fascinating history of this military emperor. The publication of unpublished coins will complete this work. Happy reading.

For an english version of this blog, click here !

CARTE DE SITUATION DES ATELIERS MONETAIRES SOUS PROBUS

CARTE DE SITUATION DES  ATELIERS MONETAIRES  SOUS PROBUS

lundi 11 janvier 2010

9 - Un Aurélianus poids lourd de PROBUS de l'atelier de Lyon (282 ap. J.C.)


Atelier de Lyon, 282 ap. J.C., 9ème émission, 1ère officine
Description :

 Lyon, 282 ap. J.C.


Avers : IMP C PROBVS•P•F AVG (l'Empereur César Probus Pieux et Heureux Auguste). Buste de Probus radié et cuirassé à droite. (Buste Bastien :B)

Revers : COMES AVG // A (le Compagnon de l'Auguste). Minerve debout à gauche, casquée et drapée tenant un rameau d'olivier de la main droite et une lance ainsi qu'un bouclier de la main gauche .
Poids : 6,10 g - Diamètre: 22 mm - Axe : 12h00 - Référence : RIC/ n°116  - Bastien : 375.

Lyon, capitale des Gaules, a connu deux grandes périodes d'activité de son atelier monétaire : la première se situe durant le haut-empire, entre Auguste et Clodius Albinus et la deuxième période commence avec les empereurs militaires, d'Aurélien jusqu'en 413 ap. J.C.
Cet atelier est divisé en quatre officines pour le monnayage de Probus. On compte neuf émissions effectuées entre Octobre 276 et Août 282 ap. J.C. Cette monnaie de 282 ap. J.C. de la 9ème émission marque une rupture pour l'atelier : il s'agit de l'abandon du système de chiffres romains (I, II, III, IIII) notés à l'exergue des monnaies. En effet seule la 9ème émission, comporte un système alphabétique romain A, B, C et D, lettres placées dans le champ de la monnaie, notant les quatre officines de Lyon. Sur les neuf émissions de l'atelier, seule la dernière est notée avec ces lettres.
La représentation de Minerve au revers est classique pour l'atelier et le monnayage : Minerve était la fille de Jupiter, assimilée à la déesse grecque Athéna, introduite à Rome par le roi Numa, elle fait partie de la triade Capitoline avec Jupiter et Junon. Elle illustre la sagesse, la pensée supérieure et l'intelligence. Ainsi associée à l'empereur se plaçant sous sa protection, elle reflète les traits de caractère d'un homme sage que les auteurs anciens nous ont rapportés.

Commentaires : 

Cette monnaie est d'un poids exceptionnellement lourd pour un Aurélianus de Probus. En effet les Auréliani sont taillés au 1/84ème de la livre romaine, soit d'un poids de 3,86 g et ce depuis la réforme monétaire menée par Aurélien à la fin de l'année 274. Ces monnaies de poids supérieur à la moyenne sont plus rares que les autres de même type. Il existe  d'ailleurs plusieurs théories pour expliquer l'existence de ces monnaies de poids exceptionnel : 
Un premier précepte nous apprend que ces monnaies étaient émises à l'occasion de Donativa, distribuées à la foule lors de l'arrivée de l'empereur dans une ville (Adventus), ou bien lors de la célébration d'un triomphe, ou encore lors d'autres réjouissances diverses. Ces monnaies offertes ainsi à la foule, étaient une sorte d'obole donnée par l'empereur à son peuple, symbole du partage de la richesse et de la joie de la victoire.
Une autre conception plus cartésienne explique ces écarts de poids entre les flans du fait que l'on utilisait une livre  romaine (soit 324,66 g) de métal pour confectionner 84 flans pour "battre monnaie" (réforme monétaire d'Aurélien). Que les flans soient de même poids n'importait guère. Il fallait simplement que le nombre de  flans soit égal à 84. 
La deuxième théorie me paraît plus plausible, sachant que les frappes exceptionnelles de quinaires d'or ou de deniers (en bronze) étaient faites à l'occasion des réjouissances et distribuée lors du passage de l'empereur.


Minerve et ses attributs


Aucun commentaire:

Publier un commentaire