MARCVS AVRELIVS PROBVS, Empereur Romain de Juin/Juillet 276 ap. J.-C. à Septembre 282 ap. J.-C.


"Tous ceux qui ont parlé de lui ont pris soin d'observer qu'il possédait éminemment dans ses mœurs la probité qu'exprime son nom." Abbé Crevier
n

Bienvenue

Bienvenue à tous les passionnés de monnaies romaines et à tous les novices en numismatique.
Ce blog est destiné à faire découvrir les monnaies romaines de l'empereur PROBUS et permettra d'en connaitre le monnayage dans son ensemble. Au fil des articles, vous y découvrirez les monnaies de ma collection pour lesquelles les commentaires vous éclaireront sur leur iconographie mais aussi retraceront l'histoire passionnante de cet empereur militaire. La publication de monnaies inédites complètera ce travail.
Bonne lecture à tous.

PROBUS COINS

Welcome to all lovers of Roman coins and all numismatic novices. This Blog will explore Emperor PROBUS's Roman coins and understand its currency. Through articles, you'll find these coins in my collection and their reviews will tell you about their iconography, as well as the fascinating history of this military emperor. The publication of unpublished coins will complete this work. Happy reading.

For an english version of this blog, click here !

CARTE DE SITUATION DES ATELIERS MONETAIRES SOUS PROBUS

CARTE DE SITUATION DES  ATELIERS MONETAIRES  SOUS PROBUS

lundi 28 décembre 2009

2 - Les manteaux consulaires sur les bustes de PROBUS



 Bustes consulaires de Probvs : le premier en Toga palmata et le deuxieme en Toga Picta

Il semble utile de donner quelques précisions sur le manteau porté par l'empereur Probus sur les bustes dit "consulaires". Beaucoup de descriptions de monnaies font appel à des termes multiples, pas souvent employés à bon escient, pour qualifier ce manteau : Trabea, Paludamentum, Toga, Vestis.
Le manteau consulaire dérive de la robe triomphale des généraux républicains vainqueurs, elle-même héritage des rois de Rome et des rois Étrusques. Il devient vite un privilège impérial et en dehors de l'empereur, seul les consuls entrant en fonction et les magistrats présidant les jeux eurent le droit de le porter. Primitivement ces vêtements étaient conservés dans le temple de Jupiter Capitolin où le triomphateur venait s'en revêtir avant la cérémonie.
Il semble plus exact de parler de Toga Palmata ou Vestis Palmata ornée d'un Limbus Palmata dans le cas précis où le manteau porte une bande ornée de motifs représentant des palmes et de Toga Picta quand le motif brodé est d'une autre nature. La Toga palmata qui apparaît fréquemment dans la littérature antique exprime l'importance des bandes palmées qui ornaient la toge consulaire et résulte probablement d'une fusion des deux expressions classiques.

Voici quelques définitions trouvées dans le dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines:
  • Trabea selon Daremberg-Saglio : elle est une sorte de toge que l'on compare à la Lanea. Au début portée par les rois (insigne royal), elle est ensuite réservée aux consuls quand ils ouvraient les portes du temple de Janus, aux prêtres Saliens dans la danse des armes, aux chevaliers dans diverses cérémonies. Le port de la Trabea persiste jusque sous le bas-empire. Peut-être ce vêtement se confond-il avec la Vestis Palmata ou Picta. La trabea est orné de bandes : trois sortes de trabées ; celles destinées aux Dieux, entièrement pourpres, celle des rois, pourpre avec une partie blanche, et celle des augures en pourpre et safran.
  • Paludamentum selon Daremberg-Saglio : manteau militaire du Général, insigne du commandement des troupes et du pouvoir suprême. Porté par les empereurs, commandeurs des armées, il est de couleur pourpre.
  • Toga Picta et Palmata selon Daremberg-Saglio : la toge est l'habit distinctif du citoyen romain. La toga picta d'après certaines traditions aurait été introduite à Rome par les Etrusques. il semble qu'elle remonte à un vêtement royal primitif (du genre de cette toga regia undulata que Varron vit dans le temple de la fortune et qu'on disait avoir appartenu à Servius Tullius). C'était une toge brodée, réservée sous la République aux triomphateurs, mais elle ne leurs appartenait pas ; on la gardait dans les trésors de Jupiter Capitolin d'où on ne la tirait que pour les triomphes ou pour en revêtir certains magistrats à l'occasion de cérémonies exceptionnelles. Auguste en fit son costume officiel et la plupart des empereurs jusqu'au IVème siècle. La toga palmata caractérisait primitivement la tunique triomphale que l'on revêtait toujours en même temps que la toga Picta. Les deux épithètes désignaient donc apparemment deux sortes d'ornementation. Palmata Picta des petits motifs d'ornementation (cercles, points, croix, étoiles) brodés ou découpés dans des feuilles d'or.

        Détail d'un buste consulaire avec la Toga Palmata.

Dans le cas précis de Probus, ce manteau est presque toujours associé à un attribut, sorte de sceptre court surmonté d'un aigle que l'on appelle "Scipio". Ce sceptre était tenu par le général victorieux lors du cortège triomphal. Il survivra sous l'empire dans le processus consularis et sera fréquemment représenté sur les bustes monétaire à Trabea.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire