MARCVS AVRELIVS PROBVS, Empereur Romain de Juin/Juillet 276 ap. J.-C. à Septembre 282 ap. J.-C.


"Tous ceux qui ont parlé de lui ont pris soin d'observer qu'il possédait éminemment dans ses mœurs la probité qu'exprime son nom." Abbé Crevier
n

Bienvenue

Bienvenue à tous les passionnés de monnaies romaines et à tous les novices en numismatique.
Ce blog est destiné à faire découvrir les monnaies romaines de l'empereur PROBUS et permettra d'en connaitre le monnayage dans son ensemble. Au fil des articles, vous y découvrirez les monnaies de ma collection pour lesquelles les commentaires vous éclaireront sur leur iconographie mais aussi retraceront l'histoire passionnante de cet empereur militaire. La publication de monnaies inédites complètera ce travail.
Bonne lecture à tous.

PROBUS COINS

Welcome to all lovers of Roman coins and all numismatic novices. This Blog will explore Emperor PROBUS's Roman coins and understand its currency. Through articles, you'll find these coins in my collection and their reviews will tell you about their iconography, as well as the fascinating history of this military emperor. The publication of unpublished coins will complete this work. Happy reading.

For an english version of this blog, click here !

CARTE DE SITUATION DES ATELIERS MONETAIRES SOUS PROBUS

CARTE DE SITUATION DES  ATELIERS MONETAIRES  SOUS PROBUS

dimanche 12 décembre 2010

Le deuxième imperium consulaire de Probus célébré à Ticinum. (Janvier 278 ap. J.-C.)





Description :

Ticinum, janvier 278 ap. J.-C., 4ème émission, 3ème officine.

Avers : IMP C PROBVS AVG CONS II, (L'empereur César Probus Auguste, Consul pour la deuxième fois). Buste consulaire radié de Probus à gauche, tenant un scipio de la main droite. (Buste Bastien : H2) 

Revers :  CONSERVAT AVG // TXXT, (Le protecteur de l'Auguste). Sol invictus, nu debout à gauche, la chlamyde recouvrant l'épaule gauche, un pan reposant sur le bras, portant un globe de la main gauche, la main droite levée.

Poids : 3,53 g - Diamètre : 21 mm - Axe: 12h00 - Références : RIC n° 352
 

Commentaires :
 
Cette quatrième émission de Ticinum, comme la troisième, destinée à alimenter les fastes du triomphe germanique et la solde des soldats de Probus, diffuse une propagande impériale jamais atteinte dans aucun autre atelier. Comme la précédente, cette émission passionnante par sa richesse d'innovations épigraphiques et iconographiques, est couplée à une  prestigieuse émission d'or destinée à un donativum. En effet, elle fut frappée pour fêter la victoire germanique de l'empereur mais aussi le second processus consularis de Probus qu'il célèbra dans cette ville d'Italie du Nord.
Cette monnaie, originale par sa titulature de droit (IMP C PROBVS AVG CONS II, l'abréviation CONS étant propre à l'atelier de Ticinum) met en avant sa reconduction au  titre de consul dès le 1er janvier de l'année 278 ap. J.-C. La tenue consulaire que porte l'empereur sur cette monnaie, évoquée dans un précedent article, est de fait l'héritage indirect de l'expression du pouvoir des rois de Rome. Au fil du temps, les empereurs prirent les rênes de ce pouvoir consulaire afin de détenir la puissance absolue. Voici l'histoire de son évolution retraçant les différentes étapes de modification de ce titre consulaire.

Le consulat de la République :

Le mot consul (dérivant de consulere, pourvoir ou consulter) désignait à Rome la fonction de deux magistrats annuels, égaux en droit, et dont les attributions ont singulièrement varié suivant les diverses époques de la constitution romaine. Après l'expulsion des Tarquins (vers 509 av. J.-C.) et l'abolition de la royauté, l'ensemble des pouvoirs furent attribués à ces deux magistrats, investis pour un an, appelés consuls par une loi curiate. Cet imperium consulare ne pouvait être donné qu'a des patriciens, après l'approbation du Sénat sur propositions des comices curiates. Plus tard, une des deux places fut réservée aux plébéiens (366 av. J.-C.). Par la suite, personne ne put accéder au consulat sans avoir été préteur auparavant et être âgé d'au moins 43 ans. Après de nombreux changements législatifs, leur entrée en charge fut fixée au 1er janvier et ce pour toute la durée de l'année. Le jour de l'entrée en exercice donnait lieu à des fêtes et solennités particulières. Après la prise des auspices, les consuls recevaient leur imperium au temple de Jupiter sur le Capitole. Ils étaient escortés de douze licteurs (portant les faisceaux), écartant la foule par la voix et le geste. Abdiquant en fin d'année, ils prenaient par la suite une place dans le Sénat.
Les consuls étaient les décideurs de la juridiction civile et détenteurs du pouvoir exécutif,  usant d'une habile intelligence pour contenter en même temps le peuple et le Sénat. Leurs attributions militaires leur conféraient le commandement des armées. Les consuls ne pouvaient être l'objet d'accusations pendant la durée de leurs fonctions. Mais au fil du temps, l'autorité des consuls tendit à se restreindre sous l'influence du Sénat et sous la pression de certains chefs militaires ou de parti. César s'arrogea le titre de consul de la Gaule pour cinq ans, puis se déclara dictateur permanent. Le pivot essentiel de l'ancienne constitution romaine était en train de s'écrouler doucement et de se vider de ses pouvoirs.

Le consulat de l'empire :

A son tour, Octave reçut le pouvoir consulaire et proconsulaire avec un imperium illimité. Dès le IIIème siècle, l'empereur nomme tous les magistrats, étant devenu le seul maître des élections consulaires. L'importance politique du consulat ayant disparu avec la fin de la république, l'autorité véritable se trouvait maintenant concentrée sur l'empereur, revêtu de l'imperium consulare et proconsulare. Privés de leurs attributions administratives et militaires, les consuls n'avaient su garder que le droit d'affranchissement des esclaves. L'empereur tout puissant était vêtu du costume consulaire identique à celui dont on parait la statue de Jupiter Capitolin, attributs aussi portés par les rois de Rome et les triomphateurs :  la toga picta, la tunica palmata, la couronne d'or, le scipio, sceptre d'ivoire surmonté d'un aigle, attributs de l'empereur et consul, étaient portés lors de circonstances solennelles. Vêtu de cette toge triomphale, assis sur une chaise curule, précédé des licteurs portant les faisceaux, toute la pompe de l'empereur s'étalait lors des cérémonies inaugurales du renouvellement des vœux et des ludi qu'il présidait. L'empereur devient consul au début de chaque année de règne, inaugurant son consulat par une cérémonie appelée processus consularis, le conduisant, à pied ou dans un char doré, tiré par deux ou quatre chevaux (depuis le règne d'Antonin le Pieux), jusqu'au temple de Jupiter où il effectue un sacrifice.

Le message de cette monnaie de Probus, datée précisément par sa titulature, coïncidant avec sa récente victoire germanique, lui confère de fait une légitimité politique et militaire bien à propos.


Détail du buste

Aucun commentaire:

Publier un commentaire