MARCVS AVRELIVS PROBVS, Empereur Romain de Juin/Juillet 276 ap. J.-C. à Septembre 282 ap. J.-C.


"Tous ceux qui ont parlé de lui ont pris soin d'observer qu'il possédait éminemment dans ses mœurs la probité qu'exprime son nom." Abbé Crevier
n

Bienvenue

Bienvenue à tous les passionnés de monnaies romaines et à tous les novices en numismatique.
Ce blog est destiné à faire découvrir les monnaies romaines de l'empereur PROBUS et permettra d'en connaitre le monnayage dans son ensemble. Au fil des articles, vous y découvrirez les monnaies de ma collection pour lesquelles les commentaires vous éclaireront sur leur iconographie mais aussi retraceront l'histoire passionnante de cet empereur militaire. La publication de monnaies inédites complètera ce travail.
Bonne lecture à tous.

PROBUS COINS

Welcome to all lovers of Roman coins and all numismatic novices. This Blog will explore Emperor PROBUS's Roman coins and understand its currency. Through articles, you'll find these coins in my collection and their reviews will tell you about their iconography, as well as the fascinating history of this military emperor. The publication of unpublished coins will complete this work. Happy reading.

For an english version of this blog, click here !

CARTE DE SITUATION DES ATELIERS MONETAIRES SOUS PROBUS

CARTE DE SITUATION DES  ATELIERS MONETAIRES  SOUS PROBUS

mercredi 19 mai 2010

Imitations et fausses monnaies émises à l'époque de Probus (276-282 ap. J.C)



Malgré les mesures prises par Aurélien et ses successeurs, les faux monnayeurs continuèrent à opérer sous le règne de Probus, non seulement dans les provinces de l’ancien empire gaulois, mais aussi au sein de l’Italie car la plupart des copies de monnaies à l’effigie de Probus sont issues de types  empruntés à l’atelier de Rome. 

On distingue trois sortes de fausses monnaies qu’il faut différencier :
On rencontre en premier lieu de véritables « imitations » de monnaies officielles battues avec des coins gravés par les mains des faussaires. Beaucoup de ces imitations viennent du territoire de la Gaule. Elles se reconnaissent facilement par une gravure peu soigné, presque caricaturales et présentent des légendes fautées.  On remarque que leurs types sont recopiés sur les Aureliani issus de l’atelier officiel de Lyon et on en retrouve dans les découvertes jusqu'à Rome.

D’autre part, il existe aussi des monnaies frappées issues de coins obtenues à partir de moulage de monnaies authentiques. Elles ne sont pas faciles à reconnaitre, mais quelques critères  de fabrication nous renseignent sur leurs existences car les faussaires rencontraient de sérieux  problèmes techniques. En effet,  les faux monnayeurs  avaient des difficultés pour obtenir le même alliage  pour la fabrication de leurs flans que celui des monnaies officielles.  La préparation  des flans était aussi une besogne difficile car la difficulté importante était de porter les flans à la bonne température. Le métal des flans n’ayant pas été travaillé de façon adéquate, les monnaies étaient alors fragiles et se fissuraient largement lors de la frappe. Elles présentent un contour souvent irrégulier et les faussaires n’hésitaient pas à limer les tranches. 

Il existe encore une autre sorte de contrefaçon issue de monnaies moulées sur des monnaies authentiques. Les monnaies ne présentant pas les critères  des monnaies décrites ci-dessus sont moulées à partir de l’image d’une monnaie authentique et par la même leurs aspects est souvent satisfaisant. L’axe des coins est le même que la monnaie officielle et l’on retrouve même sur certaines des traces d’argenture. Ce qui amène à penser que les faussaires ne travaillaient  pas loin des officines officielles et il semblerait même que certains faux monnayeurs auraient disposé de coins officiels, au moins pour certains revers. Leurs diffusions et leurs circulations restaient assez locales. 

Si l’on observe les imitations du trésor de La Venera on note 54 monnaies non officielles réparties sur 44 types différents. Parmi ces 54 fausses monnaies il y a 44 exemplaires de monnaies moulées pour 10 exemplaires d’imitations. On note une prédominance des types de la première moitié du règne de Probus (276-280 ap. J.C.), célébrant son premier consulat et une majorité de monnaies présentant  l’étoile à l’exergue. Pour la seconde partie du règne (281-282 ap. J.C.), la surabondance des monnaies émises ont rendu le travail des faussaires inutiles.



 Imitation barbare de la Gaule  (1,34g - 16mm)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire